Actus - 13th juin 2018
Tags:

Une revue du parkrun d’Anita : 1er parkrun post-blessure

42722057232_ea1ba6bfba_k

Il y a quasiment exactement 6 mois, je me faisais une grave entorse de la cheville en jouant au football en salle avec des amis.

C’était ma première grosse blessure après une trentaine d’années intactes physiquement lors desquelles je n’ai été arrêtée que 2 fois… lors de mes deux grossesses.

Après de nombreux scanners, radios, IRM et autres consultations avec des docteurs et spécialistes le couperet était tombé, deux ligaments arrachées et un tendon fissuré, il me faudrait une trentaine de séances de kiné et 6 mois au moins pour me remettre.

Ces 6 mois ont été difficiles, physiquement mais surtout mentalement. Faire du sport, Faire de l’exercice, transpirer, se faire transpirer cela fait du bien au corps mais aussi à la tête. On s’en rend encore plus compte quand on est forcé ne plus en faire.

Lors de ma convalescence forcée, j’ai pu connecter avec mes amis de parkrun différemment, en les voyant progresser, se dépasser, en les encourageant quand j’étais bénévole. Six moi plus tard, samedi dernier, la boule au ventre c’était donc à mon tour de me dépasser sous leur encouragements.

Ce premier parkrun en 6 mois c’était comme si je réapprenais à courir, j’ai eu mal partout dés le 1er pas. Je suis contente d’avoir pu courir avec Stéphanie, une participante régulière de notre footing pendant une bonne partie du parcours. Sans elle, je me serais arrêtée après la 1ère des 3 boucles des 5kms. Après la deuxième, mes filles et mon mari son arrivés pour m’encourager. Je ne pouvais pas m’arrêter devant eux…

À la moitié de la deuxième boucle, j’ai dû m’arrêter pour marcher à deux reprises, ma cheville allait bien mais mon souffle beaucoup moins. Là, se sont des parkrunneurs en visite du Royaume-Uni, qui, en me doublant m’ont encouragé à ne rien lâcher.

Enfin, dans la dernière ligne droite du 3ème et dernier tour, mes filles m’ont rejoint pour franchir la ligne d’arrivée avec moi.

IMG_20180609_094013_1
5km. 1er parkrun en 6 mois. C’était fait!

Ce que j’aime avec parkrun, c’est que c’est un concept qui a sa place à tous les moments de sa vie : quand tout va bien et qu’on veut voir ses amis, garder la forme, mais aussi quand on est blessé, qu’on se sent seul, quand on revient de blessure et qu’il faut s’y remettre. On y trouve toujours des personnes qui apportent le soutien, le sourire, le petit mot ou l’encouragement dont on a besoin. J’adore parkrun.

Anita Afonso

 

Responsable de Projet | parkrun France

@parkrunFR sur Facebook, Twitter et Instagram

e: anita.afonso@parkrun.com

w: www.parkrun.fr

Partagez si vous aimez:

Rejoignez la conversation:

44051019531_a051e7499f_o

Un pionnier de parkrun en Gironde!

Nous le savons donc, la période estivale est propice à la visite de nombreux touristes parkrunneurs venus du monde entier pour découvrir nos footings parkrun français.   Il y a quelques semaines nous avons eu la visite d’un parkrunneur britannique qui, à la fin s’est présenté à notre bénévoles scanneur avec un code-barres doré portant…