Actus - 17th janvier 2019
Tags:

Pourquoi j’aime être la dernière à terminer les parkruns?…

sallyC
Je ne suis pas toujours la dernière à terminer les parkruns, car souvent je suis l’avant-dernière. Si ma camarade de parkrun Mary court, c’est elle qui aura l’honneur de fermer le parkrun et de terminer dernière – car oui, c’est un honneur.

 

C’est un honneur de courir à la base, autant de samedis matins que possible, quelles que soient les conditions météorologiques, avec de si charmantes personnes. C’est merveilleux de faire partie de quelque chose de si spécial, mais pour les coureurs en fin de peloton il y a un plaisir supplémentaire… Alors laissez-moi expliquer à tous les parkrunneurs les plus rapides à quel point il est si spécial d’être à l’arrière.

 

Lorsque le départ est donné et que nous commençons tous à bouger, l’énergie est incroyable et je me sens emportée. Je suis novice dans le running, je vais au ralenti et mes progrès en tant que participante de 52 ans sont peut-être un peu plus lents que la plupart des autres, alors le gros du groupe me dépassera.

 
parkrun des Dougnes 7 juillet 2018
 

Parfois, alors que je grimpe au sommet de cette première côte du parcours, j’ai toujours des coureurs derrière moi. Cela me donne toujours un petit coup de boost. Parfois, je passe même des coureurs! C’est un vrai régal. Mais au cours du dernier quart du footing, je me retrouve généralement très seule. Et c’est à ce moment que la magie peut arriver.

 

Essayez d’imaginer ceci, un beau bois de hêtre, un tapis de feuilles mortes et le soleil qui brille à travers les branches nues. Un merle et un rouge-gorge ont une conversation. Parfois, un chien très heureux aboie au loin et en hiver, vous pouvez sentir la fraîcheur de l’air tout autour de vous. C’est un endroit très spécial et dans le calme à l’arrière du peloton, j’ai la chance de vivre toute la beauté de la nature qui m’entoure.

 

C’est juste moi qui cours seule, mais au lieu d’être une perspective solitaire, je me sens en sécurité au sein de la famille parkrun. C’est le meilleur sentiment.

 

Alors, quand tous vos coureurs rapides et incroyables sprintent la fin de leur 5km dans un bel élan d’adrénaline, pensez à moi, en train de savourer ce qui nourrit mon âme et de me sentir comme une fille très chanceuse d’être à l’arrière.

 

Témoignage de Sally C., une participante canadienne de parkrun.

 

#jadoreparkrun
L’équipe de parkrun France

Partagez si vous aimez:

Rejoignez la conversation:

MontsourisCouv

Quel type de parkrunneur êtes-vous?… suite et fin

Cette semaine nous poursuivons et terminons notre série intitulée « quel type parkrunneur êtes-vous » pour découvrir de nouveaux profils de nos joggeurs du samedi matin à 9h préférés.   Dans le monde du parkrun, il existe de nombreux types de parkrunneurs. Parmi les centaines de personnes qui se présentent à un parkrun en France les samedis…

CouvRouen

Le parkrunneur de la semaine : Younesse

Cette semaine nous nous rendons à Rouen pour rencontrer le parkrunneur de la semaine. J’ai choisi Younesse car il est avant tout un bénévole dévoué du parkrun de Rouen. Comme cela peut arriver souvent avec parkrun, pour lui courir vient au second plan, et ce qui l’intéresse est avant tout de s’engager positivement au sein…