Actus - 30th juillet 2019
Tags:

parkrun Australie lance le premier parkrun pour femmes détenues!

43795905770_03b71b5fe8_k
 Cette semaine, dans la newsletter nous en apprenons plus sur l’initiative de l’organisation mondiale « parkrun » qui vise à rendre parkrun accessible au plus grand nombre en lançant des parkruns dans des prisons dans les pays où le concept connait un grand succès.

 

Nous nous penchons donc cette semaine sur le cas unique du parkrun de Wandoo qui se situe dans une prison pour femmes en Australie.

 

Les détenues de la prison de réadaptation Wandoo à Perth, en Australie, sont devenues les premières femmes au monde détenues à prendre part aux rassemblements de running parkrun lors du lancement de Wandoo parkrun, le samedi 20 juillet dernier. Il y avait 42 participantes et 11 bénévoles lors de leur événement inaugural!

 

Wandoo est devenue la première prison spécialisée dans l’alcoolisme et la toxicomanie pour femmes incarcérées lorsqu’elle a ouvert ses portes en août 2018. Ce centre pionnier, qui compte environ 80 détenues à sécurité moyenne et minimale, offre un environnement favorable où les femmes peuvent briser le cycle de la toxicomanie.

 

parkrun Australia est une organisation à but non lucratif qui aide 360 ​​communautés à travers le pays à coordonner des footings de 5 km gratuits, axés sur l’aspect social et dirigés par des bénévoles pour les marcheurs et les coureurs. Plus de 560 000 personnes en Australie y ont pris part. Cela inclut les établissements correctionnels, avec les détenus des prisons de Dhurringile et Hopkins à Victoria et de la prison de Mobilong dans le sud de l’Australie, organisant des parkruns hebdomadaires pour les codétenus et le personnel, et d’autres parkruns similaires sont en préparation.

 
Les parkruns en milieu carcéral sont fermés au grand public.

 

En plus de promouvoir des modes de vie plus sains et d’avoir un impact positif sur l’humeur des détenus, les établissements correctionnels accueillant des parkruns font état d’une atmosphère améliorée dans l’ensemble de l’établissement et de meilleures relations entre les détenus et le personnel. Les détenus encouragent les membres de leur famille et leurs amis à prendre part aux parkruns dans leurs quartiers afin de participer ensemble après leur libération.
 
Tony Hassall, membre de la Commission chargé des services de correction en Australie occidentale, a déclaré: «La consommation abusive de drogues et d’alcool a un impact dévastateur non seulement sur l’esprit, mais aussi sur le corps. Le fait d’introduire une activité physique organisée dans leur routine aidera à renforcer la confiance et la résilience des femmes alors qu’elles améliorent leur forme physique pendant leur traitement.
 
«Je suis ravi que le premier parkrun de prison pour femmes d’Australie se déroule en Australie occidentale. Lors de leur libération, je m’attends à ce que ces femmes soient désireuses de rester en forme et de reprendre la course à pied au sein de leurs communautés », a déclaré la commissaire.
 
Glen Turner, responsable de la Santé et du Bien-être chez parkrun Australia, a déclaré: «Les femmes et les filles en détention doivent faire face aux mêmes défis que les femmes de la société en général lorsqu’il s’agit d’accéder à une activité physique : la conscience de soi et les problèmes d’image corporelle, qui sont aggravés par la fait que beaucoup d’établissements correctionnels pour femmes ne disposent pas de moyens suffisants pour organiser des activités de plein air. Par conséquent, les femmes en détention ne pratiquent pas une activité physique aussi importante que les hommes et ne bénéficient pas des avantages sociaux, physiques et psychologiques qui en découlent.
 
«parkrun en Australie est l’un des rares exemples d’activité physique mixte, où davantage de femmes pratiquent que d’hommes. Nous pensons qu’il s’agit d’un modèle qui peut être appliqué avec succès à
au profit des femmes et des filles en détention. Wandoo parkrun est la première étape et pourrait marquer un tournant dans la mise en place d’activités physiques dans les établissements pénitentiaires du monde entier. »
 
Le Royaume-Uni et l’Irlande, qui ont lancé le programme parkrun dans les prisons en 2017, disposent désormais de 17 établissements pour hommes de tous niveaux  de sécurité qui organisent des footings hebdomadaires lors lesquels environ 3 000 détenus participent en tant que marcheurs, coureurs et bénévoles. Les détenus qui ont été initiés à la pratique du parkrun des deux côtés du monde ont exprimé à quel point cela avait eu un impact positif sur leurs choix de vie en termes de régime alimentaire, d’hydratation et de sommeil, et sur la manière dont cela influait à de meilleurs niveaux d’énergie et de bonnes humeurs.
 
La prison Dhourile HM à Victoria est devenu le premier établissement correctionnel de l’hémisphère sud à introduire le parkrun lors de son lancement en avril 2019.
 
Sean Goode, responsable de l’administration pénitentiaire de Dhourile, a déclaré: «La pratique du parkrun est une excellente opportunité de promouvoir l’activité physique et les possibilités de bénévolat pour les prisonniers et le personnel. Les réactions des prisonniers participants ont été extrêmement positives.
 
«Les prisonniers nous disent qu’ils se sentent mieux pour leur santé physique et mentale», a déclaré M. Goode.
 
«Ils ont constaté une augmentation de leur autodétermination, de leur confiance en eux-mêmes et de leur motivation, ce qui les préparera à être relâchés dans la société à la fin de leur peine. Étant donné que les Parkruns sont organisés dans de nombreux endroits en Australie, parkrun offre la possibilité aux personnes de passer à des parkruns communautaires après avoir terminé leur séjour en détention.  »
 
Le Dr Chad Brunner, médecin de la prison de Mobilong, en Australie méridionale, qui participe régulièrement à la surveillance dans cette prison, a déclaré: «Nous devons faire preuve d’innovation pour trouver des moyens de gérer le vaste éventail de problèmes de santé qui se posent dans la région : à la surpopulation carcérale, aux maladies quotidiennes, aux traitements des traumatismes et, de plus en plus, à la gestion des maladies chroniques. Les possibilités de marcher, de courir, de faire du bénévolat qu’offrent parkrun peuvent améliorer considérablement le bien-être physique et mental des détenus en favorisant des changements de mode de vie positifs et en sensibilisant davantage à l’importance d’être actif et en bonne santé.  »
 
La professeure Rosie Meek, mieux connue pour ses travaux sur le rôle et l’impact du sport et de l’activité physique dans les établissements de détention, a déclaré: «L’évolution des parkrun dans l’univers carcéral représente une reconnaissance bienvenue des avantages de la promotion de l’activité physique et du bénévolat dans nos prisons – Deux domaines que nous connaissons déjà peuvent être extrêmement importants dans les efforts visant à réduire la récidive et à rendre nos prisons et nos communautés plus sûres pour vivre et travailler. Nous savons également que les femmes dans nos prisons n’ont souvent pas la possibilité de faire de l’activité physique et je félicite Wandoo d’avoir pris l’engagement de devenir la première parkrun au monde. »

Partagez si vous aimez:

pierre de bresse 1 cover

The weekly photo round-up from parkrun France, 30th November

Welcome to this week’s photos from around the country. With over 300 runners and volunteers this week, it was the highest turnout ever for a Saturday in November. Take a look at how it looked at our 8 events:       First up, here’s some images from this week’s parkrun de Fontainebleau, where Emma…

Divonne cover 2

parkrun Statistiques

Le week-end dernier à parkrun en France, il y avait: 8 événements! 272 participants! 39 bénévoles fantastiques! 41 MPs brillants! 24 débutants merveilleux!