Actus - 25th novembre 2020
Tags:

De la solitude à la plénitude

japan cover

Haruka Murayama est directrice d’événement au parkrun de Tsujido kaihin koen au Japon. Mais elle a découvert parkrun pour la première fois en Irlande du Nord. Elle nous raconte dans cet article comment parkrun l’a aidée à combattre le mal du pays et a amélioré sa confiance en elle.
 
Il y a environ deux ans, début janvier 2018, j’ai découvert parkrun pour la première fois. J’étudiais en Irlande du Nord à l’époque et un ami local m’a invité à parkrun. Je n’avais jamais entendu parler de parkrun auparavant et je ne m’attendais pas deux ans plus tard à essayer de lancer un footing parkrun au Japon.
 
Les gens me demandent « Pourquoi as-tu choisi de partir étudier en Irlande du Nord ? ». J’ai en général deux réponses. Il va sans dire que l’université dans laquelle j’ai postulé était la raison principale, mais je voulais aussi aller vivre là où il n’y avait pas beaucoup de Japonais pour améliorer mon niveau d’anglais.
 
Comme je m’y attendais, le séjour en Irlande du Nord m’a fourni une excellente occasion de pratiquer et d’améliorer mon niveau d’anglais, cependant, la solitude s’est également installée avec le temps. En d’autres termes, j’ai eu le mal du pays.
 
Même si je savais que parkrun était un événement gratuit, amusant et ouvert à tous, y participer seule était un défi pour moi. Une autre préoccupation était de savoir si je pouvais bien communiquer avec les locaux.
 
En arrivant au parkrun de Portrush, l’ambiance était vraiment chaleureuse. Le directeur de l’événement a demandé aux participants s’il y avait de nouveaux participants à ce parkrun ou des visiteurs venant d’autres parkruns, afin de pouvoir les accueillir. Ma première impression de parkrun était de l’associer à la notion de course à pied, mais j’ai vite remarqué qu’il s’agissait plus d’un rassemblement communautaire.
 
community event pic
 
Certaines personnes viennent avec leur chien, d’autres portent des costumes de Père Noël pour les fêtes et il y a toujours quelque chose à célébrer. De plus, le thé post-parkrun m’a donné beaucoup d’occasions de parler avec la population locale – ce que j’ai particulièrement apprécié.
 
parkrun a comblé le vide de la solitude et l’Irlande du Nord est devenue ma deuxième nation. Quitter le pays était difficile, mais je suis retournée vivre au Japon avec un rêve : lancer un parkrun dans ma ville natale.
 
Par coïncidence, en avril de la même année, une fois de retour au Japon, parkrun a été lancé à Tokyo et j’ai eu la chance de rencontrer Chiaki qui travaille pour parkrun au Japon. Elle nous a beaucoup soutenus et grâce à la grande aide des membres bénévoles, le parkrun de Tsujido kaihin koen a enfin commencé après 16 mois de préparation.
 
16 months prep
 
Je suis tellement reconnaissante que parkrun ait commencé dans ma ville natale, mais le lancement de parkrun en 2020 a une signification supplémentaire, je suppose. Nos modes de vie ont été considérablement bousculés par la pandémie de COVID-19 et les opportunités de communication et de connexion dans le monde réel ont été abandonnées. Ainsi, le quotidien que nous vivons en 2020 m’a fait réaliser à quel point il est précieux de pouvoir avoir ces événements, et aussi de pouvoir retrouver la communauté de mon parkrun en personne.
 
parkrun profite non seulement à votre confiance physique, mais renforce votre sentiment d’appartenance à une communauté et contribue à votre bonheur. Le mouvement n’est pas encore très connu au Japon, mais j’espère que plus de gens seront au courant de nos événements à l’avenir. Quant à mes amis internationaux, venez rejoindre parkrun au Japon quand la situation le permettra…!
 
Haruka Murayama

Partagez si vous aimez:

fr_2

parkwalk: arriver a cinq

Vous pouvez marcher au même rythme tout au long de la journée ou, si vous le souhaitez, vous pouvez modifier le rythme de votre marche comme indiqué ci-dessous. N’oubliez pas que tout plan n’est qu’un guide, alors allez-y à votre propre rythme et faites autant ou aussi peu que vous le pouvez ou le voulez,…

NON_UK_NON_ENG_WEEK_3-c1bffbfb2ccc5d09

Trois conseils pour maintenir la motivation

Avez-vous déjà entendu parler du “Lundi Bleu” ?! Il a tendance à se manifester après environ trois semaines d’efforts pour changer nos habitudes de vie, ou faire quelque chose d’un peu différent.   Nous avons quelques conseils pratiques pour vous garder sur la bonne voie et vous aider à célébrer votre succès jusqu’à présent  …